Des questions ?

Le SNETAP vous répond...


Pourquoi dites-vous que les élus du SNETAP
constituent une voie de contrôle et de recours dans les CAP ?

Réponse :
les élus SNETAP se réunissent toujours avant la CAP pour la préparer ensemble. Ils consultent les dossiers au ministère, comparent avec ceux que vous leur avez envoyés et peuvent ainsi intervenir, s’il y a erreur, et demander les corrections. Ils vérifient l ‘ application des barèmes. Ils défendent également vos demandes de révision de note administrative. Après la CAP, ils rendent compte de leurs travaux aux agents.

Le travail dans la CAP, d’après ses attributions, paraît complexe.
Comment acquiert-on les compétences nécessaires ?

Réponse :
au SNETAP, les syndiqués sont informés au cours de stages régionaux, des différents textes réglementaires les concernant. Certains ensuite souhaitent s’investir dans la CAP qui les concerne.

Les qualités primordiales sont donc, au départ, le désir de s’investir au service des autres, la disponibilité.

Ensuite, une formation spéciale " élu CAP " leur est donnée par le SNETAP.

A plusieurs reprises,
le SNETAP a prétendu pouvoir garantir
un traitement équitable pour tous.
Comment ?

Réponse :
la seule façon d’y parvenir est l’instauration d’un barème pour toutes les étapes de la carrière où les collègues entrent en concurrence.

A cet égard, l’action du SNETAP a permis récemment d’imposer la mise en place d’un barème dans les catégories ATOS, comme cela est le cas depuis longtemps dans les CAP d’enseignants.

Chacun peut se sentir lésé par rapport à un autre
si le barème ne l’avantage pas.
Comment faire ?

Réponse :
le barème n’est jamais parfait, mais la concertation, d’abord au sein du SNETAP, puis avec l’administration, avant sa mise au point, permet de l’améliorer.

S’il est l’objet d’un accord, s’il est publié longtemps à l’avance, il assure la transparence des opérations.

Pour les mutations,
comment procédez-vous ?

Réponse : Le barème, le barème. Cela n’exclut évidemment pas, si, les pièces justificatives sont fournies, la prise en compte de situations difficiles non prévues au barème ; ceci doit alors être fait dans la plus grande transparence.

Nous veillons aussi à ce que l’administration ne déqualifie pas les postes (en affectant, par exemple, un OEA sur un poste d’OP ou de MO).


© SNETAP-FSU 2001
Mise à jour du mercredi 21 février 2001 -
Ecrire au SNETAP-FSU