L'enseignement agricole en grève en Corse
depuis le 8 novembre


Nos camarades et collègues des lycées agricoles de Sartène et de Borgo n'avaient pas attendu l'action « livres noirs » pour s'inquiéter de la situation de leurs établissements et dresser le constat des carences et des dysfonctionnement du service public.

Aux difficultés rencontrées ailleurs,

s'ajoutent des problèmes spécifiques à ces deux établissements et à cette région :

Les personnels réclament « la tenue d'assises régionales de l'agriculture et du monde rural en Corse pour définir les besoins de formation du prochain schéma régional des formations ».

Depuis six mois, ils attendent des réponses à leurs revendications, tant de la part de l'État, que de la Communauté Territoriale de Corse, et l'ouverture de négociations sur la base de leur plate-forme revendicative.

En l'absence d'engagements clairs et fiables, les personnels du Legta de Sartène se sont mis en grève le 8 novembre, à l'appel d'une intersyndicale qui réunit le Snetap-FSU, le STC (Syndicat des Travailleurs Corses), le Syac-CGT et des non-syndiqués, « pour un enseignement agricole de qualité qui participe au développement des territoires ruraux en Corse », avec le soutien des usagers (familles, stagiaires, étudiants, apprentis), de professionnels de l'agriculture, d'élus locaux, ainsi que de la FSU de Corse et d'autres organisations syndicales.

Si la Collectivité Territoriale s'est engagée à inscrire 400 000 euros dès 2005 pour financer les travaux de réhabilitation, la grève a été reconduite le 12, car la réunion du comité technique paritaire avait été subordonnée à l'arrêt de la grève.

La réunion du CTPR, qui a finalement eu lieu lundi 15, n'ayant pas apporté de réponses satisfaisantes, et, les représentants des personnels ayant été expulsés manu-militari des locaux de la DRAF, la grève s'est poursuivie toute la semaine.

C'est seulement vendredi 19 novembre, après deux semaines de grève, qu'une délégation a été reçue au secrétariat d'état en charge de l'enseignement agricole.

Les personnels des deux établissements, réunis en assemblées générales, ont décidé lundi 22 novembre de suspendre leur mouvement. Mais ils sont déterminés à reprendre l'action si les engagements pris n'étaient pas respectés.


© SNETAP-FSU 2004 - Page crée le dimanche 21 novembre, 2004 - Dernière mise à jour le  dimanche 28 novembre, 2004