Lundi de pentecôte

Le SNETAP appelle à répondre
à la provocation du gouvernement !


La volonté du gouvernement de faire payer aux seuls salariés la solidarité envers les handicapés et les personnes âgées, tout en refusant d'entendre le rejet, largement majoritaire, de la suppression d'un jour férié, est inadmissible.

Si le SNETAP, avec la FSU, exige depuis longtemps la véritable prise en compte des besoins, posés en des termes nouveaux, de la dépendance et du handicap, il estime que c’est sur la base d’une véritable solidarité de l’ensemble de la société, avec une redistribution des richesses de la France vers ses citoyens qui en ont le plus besoin.

Par ailleurs, dans le service public, ce n’est pas le travail des personnels ce jour là qui va alimenter la « caisse de solidarité » mais bien le budget de la nation, que les agents travaillent ou non le lundi de Pentecôte !

C’est donc bien la seule volonté de faire travailler plus les salariés qui anime le gouvernement.

Cela, nous le refusons !

Le SNETAP appelle donc les personnels de l’enseignement agricole public à faire du lundi de Pentecôte une journée nationale de protestation, sous les formes les plus appropriées à la situation locale.L'intersyndicale du MAAPR appelle l'ensemble des personnels à la désobéissance civique en refusant de travailler le 16 mai 2005, afin de faire de cette journée, une journée morte au Ministère de l’Agriculture.

Pour cela, le Bureau national apportera son soutien à toutes les initiatives qui seront prises :

La FSU, la CGT, le SGEN et l’UNSA, dans un communiqué commun, appellent à la grève le lundi de Pentecôte, et ont déposé, à cette fin, un préavis de grève auprès du Premier Ministre.

La solidarité est nécessaire,
mais les salariés ne doivent pas être
les « dindons de la farce » !


© Snetap-FSU 2005 - Page crée le vendredi 6 mai 2005 - Dernière mise à jour le vendredi 6 mai, 2005 9:47