Nouvelles grilles horaires :
Ça ne va pas !

Lettre au directeur général
de l'enseignement et de la recherche


Monsieur le directeur général

Lorsque le SNETAP-FSU a demandé pour les élèves et les enseignants un retour à un horaire hebdomadaire, c'était bien évidemment dans le strict respect :

Or, il apparaît, à l'évidence, que ces principes n'ont pas présidé à l'élaboration des projets de grilles qui nous ont été proposés :

Nous exigeons l'application dans l'Enseignement Agricole des mêmes seuils que ceux définis au Ministère de l'Education Nationale par les arrêtés du 17-7-2001 en BEP et baccalauréat professionnel pour les filières correspondantes au MAAPR. Nous exigeons aussi l'application intégrale de la note de service DGER/SDET/N 85/n° 2084 du 12 décembre 1985, qui prévoit que si la capacité des laboratoires est inférieure au seuil de dédoublement, la classe doit être fractionnée.

Si l'expression « horaire hebdomadaire indicatif », est maintenue, le mot « indicatif » doit être explicité avec un exemple, qui ne laisse pas penser qu'il ne s'agit que d'un conseil :

2,0 (1,5 + 0,5) peut devenir 2,5 (1,5 + 1,0) en 1ère année et 1,5 (1,5 + 0,0) en 2ème année

afin de respecter l'autonomie des équipes pédagogiques.

Nous ne comprenons pas quelle règle a été utilisée pour les arrondis, les situations étant très diverses.

Nous serons également très vigilants sur les horaires attribués aux enseignements optionnels (LV 2, pratiques professionnelles, ….).

Du fait de toutes ces irrégularités, vous comprendrez que le projet actuellement mis en consultation par la DGER auprès des établissements et des organisations syndicales est pour nous inacceptable. Il suscite la colère de très nombreux collègues qui ne comprennent pas pourquoi la DGER remet en cause la quasi totalité des éléments qui ont permis à l'Enseignement Agricole de faire réussir un nombre élevé d'élèves.

Nous vous demandons donc de donner des instructions à vos services pour que ce projet soit profondément remanié afin de respecter les référentiels, qui constituent la seule base réglementaire des diplômes de l'enseignement agricole. S'il devait en être autrement, nous appellerions bien sûr nos collègues à se mobiliser pour préserver la qualité des formations et nous ne manquerions pas d'informer les parents d'élèves des conséquences extrêmement néfastes pour leurs enfants d'un tel projet.

Persuadés que vous serez attentif à nos observations et que vous agirez en conséquence, nous vous prions de croire, Monsieur le Directeur Général, à l'expression de notre dévouement à l'enseignement agricole public et à ses élèves.

André BLANCHARD
Secrétaire Général Adjoint
Pédagogie et Vie scolaire

Annick MERRIEN
Secrétaire Générale


© Snetap-FSU 2005 - Page crée le mardi 15 février, 2005 - Dernière mise à jour le mardi 15 février, 2005 14:25