Grilles horaires :
la DGER tente de gagner du temps

Communiqué intersyndical

Snetap-FSU

Sgen-CFDT

sFOerta-FO

Syac-CGT


Provocation délibérée ou mauvaise gestion du dossier par la DGER, chacun sait les vives réactions qu'ont provoquées les projets de nouvelles grilles horaires des diplômes de l'enseignement agricole, soumis à consultation dans les établissements depuis la mi-janvier.

Les premières réactions reçues ainsi que les analyses menées en interne dans chacun de nos syndicats nous avaient conduits à intervenir auprès du Directeur Général lors d'une réunion le 1er février à la fois pour réfuter le projet tel qu'il nous était soumis et pour exiger une réunion de concertation avec la DGER, réunion obtenue pour le 17 février.

Lors de cette réunion, nous avons, ensemble, dénoncé les projets actuels, demandé leur modification et exprimé plusieurs exigences :

Nous avons refusé d'examiner les projets de grilles actuels et exigé au préalable une discussion sur les principes qui avaient présidé à leur élaboration, demande qui a été acceptée par la DGER.

L'adjoint de la sous-direction POFEGTP, qui présidait la réunion, a répondu en précisant que l'objet de la consultation en cours était de recueillir des observations et d'apporter des corrections à la version diffusée. Il a ajouté qu'une phase d'expertise était prévue avec l'Inspection (précisons toutefois que la 1ère rencontre Inspection - DGER a eu lieu le 16 février…).

L'adjoint a accepté le principe d'une présentation des projets de grilles à la CPC et a reconnu que le calendrier prévu n'était sans doute pas "tenable" car le dossier ne serait manifestement pas prêt pour être présenté au CTPC du 24 février, tout en précisant qu'il n'avait pas le pouvoir d'en modifier l'ordre du jour, ceci étant la prérogative du DG.

Soulignons qu'aucun responsable de la sous-direction ACE, qui avait imposé ce calendrier afin d'être en mesure de calculer la DGH 2005-2006 dès le mois de mars puis de la transmettre aux établissements pour avis des CA, n'était présent à la réunion.

Sur les questions que nous avons soulevées, nous avons obtenu quelques réponses mais beaucoup d'interrogations sont restées en suspens :

référentiel actuel

projet de grille

BEPA

64

64

Bac Pro

52

60

Bac Techno

60

68

BTSA

60

62

(il n'a été question ni du CAPA, ni du BTA)

Une hypothèse a été proposée en séance par la DGER visant à “neutraliser” 2 semaines dans toutes les formations, ce qui se traduirait par les nombres de semaines suivants : BEPA 62 ; Bac Pro 58 ; Bac Techno 64, en portant le nombre de semaines de stages pris sur la scolarité à 6 au lieu de 4 ; BTSA 60. On est toujours très loin du compte et de la logique (pédagogique… et non comptable !) qui avait présidé à l'élaboration des référentiels.

Quiconque travaille dans un établissement sait que ce nombre de semaines n'est pas réaliste car il ne tient pas compte de la durée réelle de la période d'examens, ni du temps nécessaire à l'organisation des CCF… C'est donc un nombre de semaines fictif et, si c'est celui retenu par la DGER, ce sont les élèves qui seront floués, car ils n'auront pas les heures d'enseignement auxquelles ils ont droit.

Pour nos organisations, le nombre de semaines actuellement retenu est inacceptable, d'abord parce qu'il ne respecte pas les référentiels actuels et d'autre part parce qu'il conduit à minorer l'horaire hebdomadaire (sans aucune modification du contenu des référentiels), ce qui pénaliserait les élèves et conduirait à des suppressions d'emplois.

Il est clair que la DGER vise avant tout à « rester dans l'enveloppe » avec la perspective d'une nouvelle baisse de la DGH à la rentrée 2005, ce que nous ne saurions accepter.

Nos organisations ont donc décidé de demander rapidement une entrevue intersyndicale au Directeur Général et, dans l'hypothèse où celle-ci ne déboucherait pas, de solliciter une entrevue auprès du Cabinet du Secrétaire d'Etat.

Nous appelons bien entendu tous les collègues à rester extrêmement vigilants sur ce dossier dans l'attente de nouvelles informations et à se tenir prêts à agir si la DGER ne remaniait pas radicalement son projet.

Paris, le 18 février 2005


© Snetap-FSU 2005 - Page crée le mercredi 23 février, 2005 - Dernière mise à jour le mercredi 23 février, 2005 11:41